La cathédrale Mar Youssef d’Ankawa

La cathédrale Mar Youssef se situe à Ankawa, à 36°13’38.46″N 43°59’31.50″E et 410 mètres d’altitude

C’est en 1969 que l’évêché d’Erbil a vu le jour en raison de l’augmentation démographique de la population chrétienne de la région. Le premier évêque du diocèse d’Erbil, Monseigneur Stéphane Babaqa, (1969 à 1993) entreprit de faire construire une cathédrale ainsi qu’un évêché attenant sous le patronage de Mar Youssef (Saint Joseph). La cathédrale Mar Youssef a été consacrée le 7 avril 1981. Elle a été complètement modernisée et agrandie en 2017.

Le jumelage des archidiocèses de Lyon et Mossoul, a été lancé le 29 Juillet 2014 dans la cathédrale Mar Youssef d’Ankawa, lors d’une messe concélébrée par le patriarche chaldéen Louis-Raphaël IerSako et le cardinal-archevêque de Lyon, Philippe Barbarin.

Localisation

La cathédrale Mar Youssef se situe à Ankawa, à 36°13’38.46″N 43°59’31.50″E et 410 mètres d’altitude.

Autrefois Ankawa était un petit village à l’extérieur de la porte nord (la porte de Amkabad) de la citadelle d’Erbil[1]. Aujourd’hui Ankawa est intégré à la métropole, dont le centre de gravité demeure la citadelle et autour de laquelle la ville s’organise et se développe de manière circulaire.

Capitale de la région autonome du Kurdistan d’Irak, Erbil est une ville de plaine de plus d’un million et demi d’habitants, à 30 km à l’est du Grand Zab, un affluent du Tigre, 80 km à l’est de Mossoul et 25 km au sud de la bordure méridionale de la montagne kurde.

[1]Erbil ou Arbīl

Erbil & Ankawa (en surbrillance), vus du ciel
Août 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA

Fragments d'histoire

Erbil, identifiée à l’antique Arbeles assyrienne, est relativement proche du lieu de supposé de la plaine de Gaugamèles où se déroula la célèbre bataille que remporta le macédonien Alexandre le Grand sur le perse Darius III en 331 avant J.C. Ancienne capitale du royaume assyrien d’Adiabène, balloté entre les empires parthe, romain et arménien, la région est connue pour avoir été au Iersiècle un des foyers juifs de Mésopotamie que les premiers Chrétiens ont sans doute cherché à convertir. « Les milieux touchés par l’évangélisation ne sont pas connus, mais il est raisonnable de penser que les premiers convertis appartiennent à la population juive alors très importante dans toute la Mésopotamie, et même au delà du Tigre, depuis la déportation de Babylone, sous Nabuchodonosor. Il est probable que les premiers efforts de conversion aient porté sur cette communauté, comme cela s’était déjà produit dans toutes les villes de l’Empire romain[1]. »Là encore les premières étapes de cette évangélisation sont réputées être liées aux missions des apôtres Thaddée, Barthélémy et surtout Thomas et de leurs disciples. La tradition rapporte que Thomas « se serait arrêté à Séleucie-Ctésiphon au cours de son voyage vers l’Inde[2]».

Au tout début du IVesiècle, l’Adiabène qui était alors la « marche » la plus méridionale du royaume d’Arménie connut une nouvelle vague d’évangélisation, après que l’Arménie devint le tout premier « état » chrétien de l’histoire, vers 301. « Probablement aussi, il y eut vers 328-329 une entrevue entre les deux seuls souverains chrétiens de l’époque : l’empereur romain Constantin Ier et l’Arménien Tiridate III. Constantin Ierconfirma le rôle de Tiridate III pour l’évangélisation de l’Orient. C’est ainsi que des missionnaires arméniens participèrent à l’évangélisation de la Mésopotamie et du royaume sassanide, comme le relate l’historien grec Sozomène, vers 402 : « Ensuite, parmi les peuples voisins, la croyance progressa et s’accrut d’un grand nombre et je pense que les Perses se christianisèrent grâce aux importantes relations qu’ils entretenaient avec les Osroéniens et les Arméniens (…) » [3]». Devenu siège épiscopal, Erbil la chrétienne connut l’islam avec la conquête musulmane et le califat abbasside dès la fin du VIIe  siècle, ouvrant ainsi la voie à l’islamisation de toute la région, sans interruption jusqu’à nos jours, quels que furent les conquérants seldjoukides, mongols, perses, atabegs, ottomans et kurdes.

Originellement membres de l’Église apostolique assyrienne de l’Orient, les Chrétiens d’Erbil et Ankawa passèrent progressivement à l’Église chaldéenne (catholique). Ce mouvement se déroula essentiellement  au XVIIIesiècle. Le patrimoine fut transféré de la même manière d’une Église à l’autre.

Dans le dernier quart du XIXesiècle, le missionnaire dominicain français Jacques Rhétoré de passage à Erbil écrivit qu’« à part quelques familles juives, la population est toute musulmane et peut s’élever de douze à quinze mille âmes. (…) Pas un chrétien n’habite Ervil, cependant cette ville en était peuplée dans les temps anciens et c’était la résidence d’un évêque catholique. La population chrétienne, persécutée et en butte à de continuelles vexations dans cette localité, l’a abandonnée depuis longtemps pour se concentrer non loin de là, dans le lieu où se trouve aujourd’hui le village chaldéen d’Aïncawa (…) Six prêtres dirigent cette chrétienté qui se compose d’environ deux cent cinquante familles.[4] »

[1]In Histoire de l’Église de l’Orient, Raymond le Coz, Éditions du Cerf, 1995, p.22

[2]Id. p.21

[3]In « Arménie, un atlas historique », p.22 et carte p.23. Édition Sources d’Arménie, 2017.

[4]In Voyage d’un missionnaire dans les provinces de Kerkouk et de Solimanié de l’empire turc ,Année dominicaine, 1879. P. 492-493.

Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Construction 1978-1980
© Musée du Patrimoine Syriaque
Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Construction 1978-1980
© Musée du Patrimoine Syriaque
Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Vers 1980
© Musée du Patrimoine Syriaque

Les temps modernes

À l’aube du XXIesiècle et à rebours de l’histoire, la métropole d’Erbil-Ankawaest redevenue un pôle chrétien de première importance. La ville a en effet accueilli des dizaines de milliers de Chrétiens venus de Bagdad, de Mossoul, de la plaine de Ninive et de Bassorah, en raison des persécutions anti-chrétiennes commises par les groupes islamico-mafieux qui ont prospéré depuis l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003. La politique d’accueil en zone kurde des Chrétiens d’Irak, mise en œuvre par l’ancien président de la région autonome du Kurdistan d’Irak Massoud Barzouni, est particulièrement visible à Erbil-Ankawa. Outre les camps de réfugiés chrétiens et yézidis, on peut citer la construction de plusieurs nouvelles et grandes églises de toutes confessions, l’installation durable de milliers de familles chrétiennes dans la ville, la construction d’écoles et de dispensaires administrés par les églises, la délocalisation du Babel College de Bagdad…Ces initiatives nombreuses et variées renforcent la vitalité chrétienne d’Ankawa. Cette politique  profite également aux organisations chrétiennes de solidarité internationale et aux églises du monde entier qui développent des liens fraternels avec leurs homologues à Erbil et Ankawa. Citons à cet égard les visites régulières depuis 2008 des évêques français Marc Stenger, Michel Dubost, Pascal Gollnish et Philippe Barbarin.

Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa et son architecture "babylonienne"
Mars 2018 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA

Lancement du jumelage Lyon-Mossoul à Mar Youssef

Le jumelage des archidiocèses de Lyon et Mossoul, a été lancé le 29 Juillet 2014 à Ankawa, dans la cathédrale Saint-Joseph, lors d’une messe concélébrée par le patriarche chaldéen Louis-Raphaël IerSako et le cardinal-archevêque de Lyon, Philippe Barbarin.

C’est l’un des exemples les plus profonds et les plus féconds de ce renouveau[1].

[1]Voir le site www.http://lyonmossoul.fr

Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Entrée
Mars 2018 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA

Histoire d'une construction

C’est en 1969 que l’évêché d’Erbil a vu le jour en raison de l’augmentation démographique de la population chrétienne de la région. Auparavant, Erbil était intégré au diocèse de Kirkouk.

Le premier évêque du diocèse d’Erbil, Monseigneur Stéphane Babaqa, (1969 à 1993) entreprit de faire construire une cathédrale ainsi qu’un évêché attenant sous le patronage de Mar Youssef (Saint Joseph).

Ce patronage très répandu dans l’église chaldéenne est ici le vœu de Monseigneur Babaqa, qui pria Mar Youssef pour l’érection de cet évêché.

Le gouvernement irakien finança la construction de la cathédrale. Les travaux commencèrent en 1978 et s’achevèrent en 1980. La cathédrale Mar Youssef fut consacrée le 7 avril 1981.

À cette époque, la cathédrale se situait sur la bordure sud d’Ankawa qui n’était encore qu’un petit village. De nos jours, l’urbanisation s’étant considérablement développée, Ankawa est devenue une ville relativement importante de la métropole d’Erbil. La cathédrale Mar Youssef et l’évêché chaldéen se trouvent dorénavant au cœur du pôle urbain d’Ankawa, qui connaît un  développement incessant, en raison de l’implantation durable des déplacés chrétiens.

Ankawa, dont la grande majorité de la population est effectivement chrétienne, constitue ainsi un havre de paix pour les Chrétiens d’Irak, dans un pays en pleine recomposition politique et confessionnelle. Pour toutes ces raisons, la cathédrale Mar Youssef est devenue dans les années 90 et 2000 un pôle primordial de la communauté chaldéenne.

Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. La nef et le sanctuaire vus de la tribune
Mars 2018 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA

Description de l’église depuis sa construction jusqu’à 2017

En 1978, la construction de la cathédrale chaldéenne Mar Youssef d’Ankawa fut confiée à un ingénieur de Mossoul qui en fit les plans.

Il s’agit d’un édifice babylonien, dont les Chaldéens revendiquent les racines et l’héritage. L’église en forme de zigourate reproduit un style typique de l’ancienne Mésopotamie, sans pour autant employer les mêmes matériaux et les techniques de construction.

Une première rénovation modeste eût lieu en 2007, avant que l’église ne soit complètement modernisée et agrandie en 2017, sous l’impulsion de Monseigneur Bashar Warda, 5eévêque chaldéen d’Erbil (depuis son ordination épiscopale le 3 juillet 2010).

L’évêque en confia les travaux à l’architecte Petros Khammo, originaire de Bagdad, lui-même déplacé et installé à Erbil en 2010. Architecte spécialisé dans la construction et la rénovation d’églises, il fut secondé pour ce chantier de rénovation par un autre architecte Fadi Matloub.

La cathédrale Mar Youssef a été agrandie en longueur avec l’ajout d’une tribune au fond de l’édifice, ainsi qu’un porche d’entrée.

De nouveaux éléments ornementaux et décoratifs ont été réalisés.  Originellement aniconique, l’église chaldéenne, née  d’une scission de l’Église de l’Orient au XVIesiècle, s’est progressivement convertie au symbolisme pictural, décoratif et ornemental, tout particulièrement depuis le concile Vatican 2 et avec une ferveur figurative renouvelée depuis les années 90, à la faveur des nombreuses « reconstructions-modernisations » d’églises réalisées.

Ainsi, 6 icônes réalisées par le peintre irakien Bessam Sabri, représentent la vie de Saint Joseph et ornent le mur de l’abside, derrière le maître-autel de la cathédrale Mar Youssef. Elles sont inspirées de peintures que l’on retrouve dans des manuscrits chaldéens retrouvés dans des monastères de la région.

Au centre de ce mur, une grande niche accueille une croix de bois d’environs 1m50 et à ses pieds deux colombes. Cette niche est creusée de demi-cercles rappelant le style architectural en « nid d’abeille » que l’on retrouve dans les mosquées ou les églises de la région. Ces niches ont aussi librement inspiré le décor en bois qui orne les piliers de part et d’autre de l’autel.

La pièce maîtresse de la cathédrale Mar Youssef est incontestablement son lustre monumental, en forme de zigourate inversée, suspendu à sa voûte, au centre de l’église. Il pèse 1 750 kg. Il est composé de 3 700 pièces. Il fallut 12 jours pour le fixer. Dessiné dans le cabinet d’architectes qui fut chargé de la  restauration de la cathédrale, ses pièces ont été fabriquées en Chine. Des reproductions plus modestes ornent les allées centrales de l’église.

On trouve également dans la cathédrale 4 tombes avec inscriptions. Ce sont celles de l’évêque Hanna Mlro, de Yacoub Sherr, de l’évêque Stéphane Babaqa, et enfin d’Andraus abouna (secrétaire du patriarche mort à Erbil alors qu’il visitait son frère).

Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Icône de la vie de Saint-Joseph par Bessam Sabri
Mars 2018 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA
Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Icône de la vie de Saint-Joseph par Bessam Sabri
Mars 2018 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA
Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Croix chaldéenne dans la niche de l'abside
Mars 2018 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA
Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Détail ornemental sur pilier
Mars 2018 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA
Cathédrale Mar Youssef d'Ankawa. Lustre monumental de 1750 kg
Mars 2018 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA

Contribuez à la sauvegarde de la mémoire des monuments.

Photos de famille, vidéos, témoignages, partagez vos documents pour enrichir le site.

Je participe