L’église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh)

L’église Mar Behnām et Mart Sārah de Bakhdida (Qaraqosh) se situe à 36°16’37.70″N 43°22’32.70″E et 275 mètres d’altitude.

L’église Mar Behnām et Mart Sārah est le plus récent lieux de culte syriaque-catholique de Bakhdida (Qaraqosh). Sa construction commença en 2005 et sa consécration eût lieu le 4 août 2008. L’édifice impressionne au premier coup d’œil. Son architecture audacieuse en forme d’arche est totalement inédite en Mésopotamie et voudrait être un emblème de la vitalité syriaque-catholique de Bakhdida (Qaraqosh) à l’aube du XXIe siècle, malgré la guerre et les persécutions anti-chrétiennes. Pillée et incendiée par Daesh, l’église Mar Behnām et Mart Sārah est en cours de restauration.

Localisation

L’église Mar Behnām et Mart Sārah se situe à 36°16’37.70″N, 43°22’32.70″E et 275 mètres d’altitude, dans le centre ville de Qaraqosh. À 30 km au sud-est de Mossoul et 80 km à l’ouest d’Erbil, Bakhdida (Qaraqosh) est la plus grande ville de la plaine de Ninive, dans le disctrict d’al Hamdaniya, à 40 km en amont de la confluence du Tigre et du Grand Zab.

Si le nom de Bakhdida (Qaraqosh), littéralement l’Oiseau Noir en langue turque, demeure encore abondamment employé, il ne faudrait surtout pas négliger son nom syriaque originel Baghdédé (Baghdeda) probablement « dérivé de Bet Khudaydad qui est à la fois sémitique (Bet) et perse  (Khudaydad) [et qui] signifie « la place, la maison donnée par Dieu »[1] dont l’usage semble redevenir primordial. Au cœur de la bien nommée plaine des  Syriaques, Baghdeda renoue avec son empreinte spirituelle originelle et son statut de capitale mondiale syriaque-catholique qui était le sien avant l’offensive de Daesh et la fuite de tous ses habitants dans la nuit du 6 au 7 août 2014. Depuis la libération de la ville en octobre 2016 et le retour des habitants depuis avril 2017, Baghdédé (Baghdeda) redevient progressivement un pôle géographique vital pour le renouveau syriaque et chrétien de la plaine de Ninive et de la Mésopotamie.

[1] Source Jean-Marie Mérigoux, O.P., in « L’Orient chrétien dans l’empire musulman », Collection Studia Arabica III, Editions de Paris, 2005.

L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh)
Juin 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA

Petite histoire chrétienne de Bakhdida (Qaraqosh)

La tradition fait remonter la pénétration du christianisme dans la plaine de Ninive et la cité de Qaraqosh dès la fin du IVe  siècle ou au début du Ve. Plus sûrement, les sources plaident pour une évangélisation au VIIe siècle.  « Le village fut tout d’abord nestorien[1], puis vers 615, [il] devint monophysite[2]. Aux XIe et XIIe siècles beaucoup de Chrétiens de Tikrit qu’on voulait forcer à devenir musulmans, quittèrent leur ville et vinrent s’installer à Baghdédé. En 1743, les troupes de Nâdhir Shâh qui assiégèrent la région pillèrent Baghdédé et détruisirent les églises. C’est alors que les habitants du village se réfugièrent à Mossoul où ils participèrent à la défense de la ville [3] ». Ancien siège épiscopal syriaque-orthodoxe, c’est vers la fin du XVIIIe siècle que le village devint catholique.

La ville de Qaraqosh compte encore de nos jours plusieurs anciennes églises syriaques-catholiques et orthodoxes. Toutes ont été profanées, souillées, saccagées, voire incendiées par l’organisation État islamique, tout au long des 24 mois que dura l’occupation de la ville. Malgré les dommages et destructions endurées, certaines de ces églises résistent encore aux temps et aux envahisseurs et continuent de témoigner de ce lointain passé.

[1] Nda : l’Eglise de l’Orient.

[2] Nda : syriaque-orthodoxe

[3] Source Jean-Marie Mérigoux, O.P., in « L’Orient chrétien dans l’empire musulman », Collection Studia Arabica III, Editions de Paris, 2005.

L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh) incendiée par Daesh. Abouna Charbel devant le chœur
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh) incendiée par Daesh
Juin 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Crêche de Noël
Décembre 2017 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA

Persistance d’un témoignage chrétien

Si la fiabilité des statistiques démographiques est problématique du fait des guerres successives, des déplacements de population permanents et de l’absence de recensement,  on considère que 40 000 à 50 000 personnes vivaient à Bakhdida (Qaraqosh) avant l’offensive de Daesh en août 2014.

Il s’agissait à 90 % de populations syriaques-catholiques, et pour le reste chaldéennes, syriaques-orthodoxes et apostoliques-arméniennes. Il faut y ajouter des milliers de personnes déplacées (entre 5000 et 13 000), originaires de Bagdad et de Mossoul, arrivées à Qaraqosh dès 2003 pour échapper aux crimes et délits des groupes islamico-mafieux nés de l’effondrement des structures de l’État irakien. Bakhdida (Qaraqosh) qui passe pour avoir été exclusivement chrétienne avant 1980, a cependant vu arriver progressivement des familles musulmanes, dans le cadre de la politique d’arabisation de la plaine de Ninive mise en œuvre par Saddam Hussein.

L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Concert de Noël
Décembre 2017 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA

Petite hagiographie de Mar Behnām et Mart Sārah

La vie de Mar Behnām et Mart Sārah est décrite dans la Chronique d’un moine d’Edesse (Ourfa, en Turquie) du XIIe – XIIIe siècle[1]. On peut y lire que la princesse Sārah, sœur du prince Behnām, fut guérie de la lèpre par Mar Matta, au lieu-dit d’une source miraculeuse. Guérison de la chair autant que spirituelle, puisque ce faisant le saint moine baptisa les deux enfants du roi de Nimrūd Sennachérib II. Rendu fou de rage par cette conversion, le monarque assyrien fit exécuter ses propres enfants ainsi que les 40 compagnons de la suite princière de son fils. Les saints martyrs Behnām et Sārah, possiblement d’origine persane, pourraient donc avoir vécu au IVe siècle si l’on se fie à la tradition, à moins que ce ne fût au Ve ou au VIe siècle[2] sans plus de précisions fautes de sources historiques reconnues. La tradition rapporte aussi que pour pleurer sur la tombe de ses enfants, la reine Širīn fit « creuser un tunnel, de 7 km de long, entre son palais et le martyrion » et obtint finalement la conversion de son mari « exorcisé par Mār Matta[3] ». Aujourd’hui encore « tout le monde, tant les Chrétiens qui vivent dans la mouvance du monastère, que les Arabes des environs de Nimrūd, croit dur comme fer à l’existence de ce tunnel, et la trouvaille du moindre trou est saluée comme la découverte de l’entrée du tunnel (…) »[4] Ainsi fut instituée et transmis jusqu’à nos jours, le récit fondateur de la conversion de l’Assyrie au christianisme.

Le magnifique monastère de Mar Behnām et Sārah situé à Khdir, tout près de Qaraqosh, abrite, selon la tradition, le martyrion originel. Vénéré depuis des siècles par d’innombrables visiteurs chrétiens de langue syriaque, mais aussi par des musulmans et des yézidis (plus particulièrement par des femmes venues y chercher fertilité et abondance), ce sanctuaire pourrait avoir été le lieu d’une antique église primitive.

La construction dans la ville de Bakhdida (Qaraqosh) d’une église consacrée à Behnām et Sārah incarne le renouveau d’une foi chevillée à l’âme et au corps des Chrétiens d’Irak depuis 16 siècles.

[1] Cité dans Assyrie Chrétienne, Jean-Maurice Fiey, Institut de lettres orientales, Beyrouth, 1965-1968.

[2] Dans Assyrie Chrétienne, l’orientaliste dominicain Jean-Maurice Fiey, se montre dubitatif sur l’historicité de Mar Behnām et relève des anachronismes et des incongruités géographiques. Il présente et confronte la tradition populaire aux maigres sources documentaires disponibles.

[3] In Assyrie Chrétienne, Jean-Maurice Fiey.

[4] In Assyrie Chrétienne, Jean-Maurice Fiey.

 

L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Façade et fresque dégradée par Daesh représentant le baptême de Behnam et Sarah
Juin 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Fresque dégradée par Daesh représentant le baptême de Behnam et Sarah
Juin 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA

L’église Mar Behnam et Mart Sarah

De tous les édifices chrétiens de Bakhdida (Qaraqosh), l’église Mar Behnām et Sārah est la plus récente. Construite au bord de l’une des routes les plus fréquentées de Bakhdida (Qaraqosh), l’église est un exemple d’architecture moderne, qui rompt  volontairement avec la norme architecturale traditionnelle des églises mésopotamiennes.

Si le monastère Mar Behnām et Sārah de Khdir est un chef d’œuvre d’art chrétien ancien, où s’entremêlent les sources assyriennes, le style islamique atabeg du XIIe siècle et les dentelles de pierres de type arménien, l’architecture de l’église Mar Behnām et Sārah de Bakhdida (Qaraqosh) est totalement inédite et encore inclassable. Quand le premier magnifie les racines, la seconde  exalte l’avenir.

La construction de l’église Mar Behnām et Mart Sārah commença en 2005 et sa consécration eût lieu le 4 août 2008. Comme pour la nouvelle Al Tahira[1] de Bakhdida (Qaraqosh), l’édification de cette nouvelle église mobilisa nombre d’habitants et artisans de la grande cité chrétienne. En cela, l’édification de l’église Mar Behnām et Mart Sārah est un emblème de la vitalité syriaque-catholique de Bakhdida (Qaraqosh) à l’aube du XXIe siècle, malgré la guerre et les persécutions anti-chrétiennes exercées par les groupes islamistes armés.

L’enceinte religieuse de l’église est fermée par un mur et un portail sans usages protecteurs ou défensifs, contrairement aux enceintes généralement élevées et massives des anciens lieux de culte.

L’édifice impressionne au premier coup d’œil. Son architecture audacieuse en forme d’arche est totalement inédite en monde syriaque. Certains y voient aussi une tente de fraternité. Vu de l’extérieur, 9 grands arcs infléchis courent tout le long de la toiture couverte de tuiles et semblent porter avec grâce l’ensemble de l’édifice. À l’intérieur, le poids de la voûte ne repose pas comme on pourrait l’imaginer sur des piliers, mais sur une arcature en plein cintre qui oriente les forces vers les murs porteurs latéraux. L’ensemble de la structure est bâti en béton armé et recouverte de carreaux  de pierre ocre clair. Le fronton de l’édifice est orné d’un grand bas-relief rectangulaire, vraisemblablement en stuc recouvert d’une peinture qui imite le bronze. Cette  fresque qui représente le baptême de Behnām et Sārah par Mar Matta a été martelée par les occupants djihadistes entre 2014 et 2016

L’église est baignée de lumière grâce de nombreuses fenêtres percées dans les murs latéraux. La structure intérieure de l’édifice est celle d’une grande halle qui conduit à un vaste chœur légèrement surélevé, totalement ouvert sans porte ni rideau, en forme de rotonde, et surmonté d’une voûte hélicoïdale formée de 12 niches. Derrière l’autel disposé au centre de la plateforme est aménagé un large déambulatoire. Le baptistère, placé immédiatement à droite en pénétrant dans l’église, a été complètement ravagé par les profanateurs. L’église a été brûlée et pillée. Les stations de marbre du chemin de croix ont été brisées ainsi que l’ensemble du mobilier liturgique.

La tour clocher érigée sur le flanc extérieur sud de l’édifice a été abattue. Fort heureusement, la cloche mise à terre, sonne à nouveau depuis la libération de la ville.  Les travaux de rénovation / reconstruction se poursuivent.

[1] Voir la notice SC002 sur l’église al Tahira

L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh) en cours de construction 6 mois avant sa consécration
Février 2008 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh) en cours de construction 6 mois avant sa consécration
Février 2008 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Détail des destructions commises par Daesh
Juin 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Façade
Juin 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Intérieur incendié par Daesh
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh).. Intérieur incendié par Daesh
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Intérieur incendié par Daesh et station du chemin de croix
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Le chœur et l'autel réhabilités après les profanations et destructions commises par Daesh
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Mgr Yohanna Petros Mouché, évêque syriaque-catholique de Mossoul, Kirkouk et Kurdistan
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Abouna Georges dans le baptisère incendié et détruit par Daesh
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). La tour-clocher détruite par Daesh
Juin 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Le sonneur de cloche
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Le sonneur de cloche
Avril 2017 © Pascal Maguesyan / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Temps de Noël
Décembre 2017 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA
L'église Mar Behnam et Mart Sarah de Bakhdida (Qaraqosh). Concert de Noël
Décembre 2017 © Pauline Bouchayer / MESOPOTAMIA

Contribuez à la sauvegarde de la mémoire des monuments.

Photos de famille, vidéos, témoignages, partagez vos documents pour enrichir le site.

Je participe